Sélectionner une page

Heureux comme un salarié en télétravail ?

Heureux comme un salarié en télétravail ?

La crise du coronavirus aura eu cette conséquence : celle d’avoir mis en avant la question du télétravail. Partout en France et dans le monde, les entreprises ont été contraintes, le plus souvent dans l’urgence, de mettre en place une nouvelle organisation en invitant leurs salariés à travailler depuis leur domicile. Mais bien avant cela, la pratique du télétravail avait déjà ses adeptes. 

Oui, les salariés sont majoritairement satisfaits du télétravail. C’est ce qui ressort de plusieurs enquêtes, dont la dernière, réalisée par CSA pour Malakoff Humanis, confirme la perception très positive qu’ils ont du sujet. Sur les 1610 personnes interrogées entre novembre 2019 et février 2020, 40% d’entre elles ont donné une note de satisfaction située entre 9 et 10 (10 étant la note maximale), tandis que 42% des répondants l’ont évalué entre 7 et 8. Seulement 4% du panel ont jugé leur niveau de satisfaction concernant le télétravail entre 0 et 4, et 14% entre 5 et 6. Une large majorité des salariés interrogés semble donc être pleinement satisfaite de ce mode d’organisation du travail. 

Le télétravail pour davantage de bien-être

Parmi les différents avantages cités par les salariés, celui concernant le gain de temps dans les transports est largement plébiscité. Avec pour conséquence moins de stress et un crédit temps qu’ils utilisent en le reportant sur une autre activité. En permettant une organisation personnalisée de son planning, le télétravail, une fois bien maîtrisé, ouvre la porte à un meilleur partage entre et vie personnelle et professionnelle. 

Ce gain en autonomie accroît donc le sentiment de responsabilité du collaborateur de l’entreprise puisque c’est à lui d’organiser son temps. C’est un signe indubitable que sa hiérarchie a choisi de lui faire confiance. Autre avantage, 75% des personnes interrogées dans le cadre de cette enquête font état d’une meilleure qualité de leur sommeil et, au final, d’une réelle amélioration de leur bien-être. Bref, le salarié en télétravail se dit plus heureux, de quoi augmenter son engagement au sein de l’entreprise.

Pas étonnant donc si, selon les chiffres du ministère du Travail, plus de 60% des actifs souhaiteraient y avoir accès. Dans les faits, avant la crise actuelle qui a obligé les organisations à mettre en place le télétravail pour certains de leurs salariés, seulement 17% d’entre eux en bénéficiait. 

Pour autant, de nombreuses craintes demeurent. L’une d’entre elles est la peur qu’une distanciation avec l’entreprise ne vienne compromettre l’évolution de carrière. Pour d’autres, de véritables écueils d’ordre culturels demeurent. Mais ces derniers sont en train de tomber. La preuve avec le Japon.

Comment le Japon s’est mis au télétravail

Les Japonais ne sont pas des adeptes du télétravail. Dans l’archipel, « il faut aller au bureau et montrer que l’on travaille dur et longtemps, tout en aidant ses collègues. En travaillant à distance, on ne peut pas montrer sa bonne volonté et sa motivation », explique Yuki Sato, un salarié japonais interrogé par l’AFP. 

Les réticences sont également présentes du côté des entreprises pour qui le télétravail n’est qu’un outil bénéficiant aux employés. Pour Kunihiko Higa, professeur au Tokyo Institute of Technology et spécialiste des nouveaux modes de travail, « nombre de cadres japonais ne comprennent pas que le télétravail, utilisée de manière approprié, peut être un outil stratégique pour gérer leurs équipes ». 

Mais la pandémie de coronavirus leur aura forcé la main. Dos au mur, les entreprises japonaises ont dû faire le choix du télétravail. D’après un sondage réalisé de fin février à début mars par la fédération patronale Keidanren auprès de 400 grandes entreprises adhérentes, près de 70 % d’entre elles y avaient déjà recours ou s’apprêtaient à le faire en raison de la crise sanitaire.

Les salariés, déconcertés au départ par cette nouvelle organisation, ont vu leur image du télétravail changer. Gains du temps de transport, meilleure qualité de vie, mais aussi meilleure concentration au travail, tels sont les atouts évoqués par les personnes interrogées. La crise du coronavirus aura permis au pays de battre en brèche ses préjugés sociaux et culturels face au télétravail. 

En généralisant le télétravail, la crise du coronavirus aura permis aux salariés de nombreux pays de l’expérimenter. Reste à savoir si la tendance se prolongera lorsque les mesures de confinement prendront fin. Seule certitude, la perception que s’en faisait nombre de salariés a bel et bien changé de manière radicale.

 

Cherchez moins, trouvez mieux. Cliquez ici